Current issue


December 2016
Vol.40-2
<< prev. next >>

Print ISSN: 0031-0247
Online ISSN: 2274-0333
Frequency: biannual

Article Management

You must log in to submit or manage articles.

You do not have an account yet ? Sign up.


Nouvelle interprétation de l'évolution du genre Megacricetodon au cours du Miocène
Jean-Pierre Aguilar
Keywords: Megacricetodon; Micromammals; Miocene
 
  Abstract

    La découverte de nouveaux gisements à micromammifères dans le Miocène du Sud de la France et d'Espagne montre que, s'il n'est plus possible d'accepter dans son intégralité le schéma phylétique de Fahlbusch du genre Megacricetodon, il existe toutefois des segments de lignées à l'intérieur de provinces géographiques différentes (Péninsule Ibérique, France, Europe Centrale), avec lesquels on peut établir une biochronologie locale, segments qu'il est aussi possible de placer les uns par rapport aux autres, en utilisant les corrélations que l'on peut reconnaître entre certains niveaux repères des mammalogistes et l'échelle stratigraphique marine.
    En utilisant ces données nouvelles, et d'après l'étude de la première molaire inférieure, nous proposons le
    schéma évolutif suivant, pour les espèces de grande taille :

    1 - au début du Burdigalien supérieur. une espèce commune, M. collongensis, issue de la forme ancestrale M. primitivus, est présente, de la Péninsule Ibérique à l'Europe Centrale. Son évolution est mal connue en Espagne, par contre cette lignée s'éteindrait en France au Burdigalien terminal avec le stade M. gersii nov. sp. de Sansan et de Luc-sur-Orbieu.
    2 - au cours de la régression post-burdigalienne. reconnue en Languedoc et dans la Péninsule Ibérique apparaîtrait une espèce immigrante, M. crusafonti qui, dans cette dernière province, évolue pour donner M. ibericus de Nombrevilla. L'espèce M. gregarius de La Grive M et de La Grenatière dériverait de cette forme immigrants, en ayant une évolution différente.
    3 - en Suisse, Bavière et Europe centrale, la lignée M. primitivus - M. collongensis va s'individualiser, dès le Burdigalien supérieur ou terminal, et donner naissance à la lignée M. bavaricus qui s'éteindra avec le stade M. germanicus nov. sp. du gisement anté - Hipparion de Anwil. Cette dernière espèce a été trouvée pour la première fois en France, dans le gisement de Collet Redon. 


  Article infos

Published in Vol. 9, Ext (1980)

PDF